Occupation de la Maison du lait (08 sept 2010 / 15 oct 2010)

Après 36 jours d'occupation et 17 jours de grève de la faim, l'expulsion...

Pourquoi y a-t-il eu occupation de la Maison du lait ?
Lire les revendications dans le document ci-dessous :

Les 3 grévistes de la faim, accompagnés des militants de la Confédération paysanne présents à la Maison du lait pour les soutenir, ont été évacués le 14 octobre dernier. Réclamant l'entrée des syndicats minoritaires dans l'interprofession, la Confédération paysanne a occupé pendant 5 semaines la Maison du lait à Paris (42 rue de Châteaudun, Paris IXème).

  • Pour tous les producteurs (et pas uniquement les laitiers) : il est encore temps de signer la pétition relative aux cotisations volontaires obligatoires (CVO - prélèvements par les interprofessions) : imagemesopinions.com/Lettre-des...

Une nouvelle victoire pour la Confédération paysanneNi astreinte, ni expulsion : ouverture de médiation

Communiqué de presse du 16 septembre 2010

Alors qu'elle occupe la Maison du Lait depuis 9 jours, pour revendiquer sa place au sein du collège des producteurs de l'interprofession, la Confédération paysanne était assignée à comparaître ce matin par le Cniel, au palais de justice de Paris.
Le juge vient d'ordonner une médiation entre le Cniel et la Confédération paysanne
La Maison du lait n'a pas été suivie dans sa volonté d'une astreinte financière ni de demande de recours à la force publique.
Le résultat provisoire de cette assignation en référé renforce la certitude de la Confédération paysanne de la légitimité de sa revendication.
L'occupation de la Maison du lait se poursuit, s'amplifie ; les soutiens aussi.
Le respect du pluralisme syndical finira par s'imposer.

Occupation du CNIEL par la Confédération paysanne : 8ème jour de blocage, assignation en référé demain avec astreinte et demande d'évacuation

Communiqué de presse - 15 sept 2010

Demain à 10h au Palais de Justice de Paris, la Confédération paysanne est assignée en référé pour occupation de la Maison du Lait, siège de l'interprofession.
La revendication de la Confédération paysanne est simple : que la démocratie soit respectée partout en agriculture.
Les interprofessions fonctionnent comme une assemblée dans laquelle uniquement la majorité élue aurait droit de présence et de vote. Seule la Fnsea et ses sections spécialisées gèrent et dépensent les budgets que tous les paysans financent.
C'est ce scandale qui a sans doute aussi contribué à ce que les paysans s'expriment de façon « un peu vive » au SPACE à Rennes.
Tous les paysans cotisent, ils exigent aujourd'hui d'être tous représentés pour être tous défendus !
C'est le coeur du jugement qui sera prononcé demain.
Les réquisitions sont de 50 000 euros d'astreinte par jour, astreinte d'autant plus ahurissante que pendant ce temps les producteurs de lait continuent de payer à l'Interprofession les « Cotisations Volontaires Obligatoires » sur chaque litre de lait vendu, et que l'interprofession ne perd donc pas d'argent par le blocage des lieux .
Nous vous invitons à participer à un point presse devant le Palais de justice, 4 Boulevard du Palais, métro Cité, à l'issue de l'audience.
Nous appelons à la constitution d'un comité de soutien à la Confédération paysanne. Voir le site confederationpaysanne.fr
Merci à tous de votre présence demain pour le respect de la Démocratie
Contact :
Philippe Collin, Porte-parole : 06 76 41 07 18
André Bouchut, Secrétaire national : 06 73 39 58 99