Avenir d'Entremont Alliance

- communiqué de presse du 11 mai 2010 -

Concernant l'avenir d'Entremont Alliance, deux alternatives s'offrent à ce jour aux producteurs et salariés :

  • le projet SODIAAL
  • la continuité d'Entremont aux mains de son actionnaire principal UNIFEM (CNP Albert Frère)

Pour la Confédération Paysanne, l'éventuel « projet chinois » est un contrat commercial (450 millions de litres destinés à être transformés en poudre de lait infantile et nécessitant la construction de 2 tours de séchage) et ne constitue en aucun cas une solution à part entière. D'ailleurs, ce débouché de dernière minute a été présenté dans la perspective de la poursuite avec Unifem mais il pourrait tout aussi bien être étudié dans le cas d'une reprise par Sodiaal.

Le projet Sodiaal nous semble comporter des aspects positifs :

  • l'engagement de collecte de l'ensemble des producteurs (même si la reprise de l'entreprise par la coopérative est conditionnée à ce qu'un minimum de 75% des producteurs repris s'engagent à devenir coopérateurs)
  • l'accord comporte une clause de départ d'UNIFEM pour la modique somme de 35 millions €

Mais nous avons aussi des interrogations et des craintes :

  • la participation des apporteurs historiques Entremont serait de 6,20 €/1 000 l sur 5 ans en capital social (et sans doute un peu moins pour les apporteurs Eolys déjà sous le statut coopératif et ayant donc déjà versé des parts sociales ) ; les éleveurs accepteront-ils cette nouvelle contribution après des années d'efforts sous forme de flexibilité et pourront-ils la supporter au regard de la conjoncture ?
  • Sodiaal expérimente actuellement la contractualisation sur une partie de ses producteurs. La contractualisation ne fait pas partie d'un préalable à l'accord de reprise des producteurs d'Entremont Alliance mais sera appliquée ensuite. Dans un souci de transparence, nous demandons à ce que le contenu exact des contrats proposés par Sodiaal soit présenté et connu à l'ensemble des producteurs au plus tôt.
  • les banques n'ont toujours pas donné leur accord au projet SODIAAL présenté au CIRI le 22 avril. Et contrairement à ce qu'annoncent le Ministre et l'AEBEA, nous doutons fortement qu'il y ait des avancées sur le projet d'ici le 15 mai et encore moins que le dossier soit bouclé à cette date.

Dans tous les cas, nous sommes solidaires des salariés et nous opposons à tout plan social quelque soit le repreneur.
Nous demandons aux représentants des salariés et aux responsables de l'AEBEA de se rencontrer : l'instauration d'un climat de suspicion entre éleveurs et salariés serait gravement préjudiciable à la recherche d'une solution viable pour tous dans ce dossier
Enfin nous tenons à rappeler que la situation actuelle d'Entremont Alliance n'est pas de son seul fait et résulte d'une mauvaise conjoncture amplifiée par son mix-produit* très dégradé. Ce mix-produit est à plus de 40% aujourd'hui. Il risque d'être accentué par l'accroissement de 2% du quota pour la campagne en cours ainsi que par des allocations provisoires importantes réclamées en ce moment par certains. Si le mix-produit se dégrade à nouveau, il faut craindre des répercussions négatives sur le prix du litre de lait payé au producteur. Ceci est vrai pour Entremont Alliance mais aussi pour toutes les autres entreprises laitières.

La régulation européenne de la production par les quotas laitiers doit retrouver d'urgence toute son efficacité. Elle doit éviter toute forme de concurrence entre bassins laitiers d'un même pays et entre états membres. Elle constitue la seule planche de salut pour des groupes tels que Entremont mais aussi pour une grande majorité des entreprises et coopératives laitières.

Pour contact :
22 : Jean-Marc Thomas - 06.77.86.36.96
29 : Christine Corvest - 06.32.70.77.65
35 : Eric Duverger - 06.74.48.92.37
56 : Philippe Oliveu - 06.82.39.98.49